Prof. Robert Dussey

Professeur de philosophie politique
Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l'Intégration Africaine du Togo

Prof. Robert Dussey

Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l'Intégration Africaine du Togo
Professeur de philosophie politique

Robert Dussey : « Le partenariat avec l’Europe doit permettre de lever les obstacles au développement industriel de l’Afrique »

PROPOS RECUEILLIS PAR MICHEL LOBÉ EWANÉ

52 | FORBES AFRIQUE NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2018

La 108e session du Conseil des ministres ACP devait se tenir les 12 et 14 décembre 2018 à Bruxelles pour préparer le renouvellement de l’accord qui lie les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et l’Union européenne. L’Europe est-elle toujours disposée à aider l’Afrique, alors que la géographie économique et la géopolitique du monde sont en pleine mutation et que de nouveaux acteurs, comme la Chine, l’Inde ou la Russie, foncent sur le continent et bousculent les certitudes et les positions historiques de la « vieille Europe » ?

Forbes Afrique : Ce mois de décembre se tenait une session du Conseil des ministres des pays ACP à Bruxelles. À quel stade se trouve le processus de renouvellement de l’accord liant l’Union européenne au groupe de pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) ?

ROBERT DUSSEY : Les négociations en vue de la conclusion d’un nouvel accord qui devra encadrer le partenariat ACP-UE après février 2020 ont effectivement démarré le 18 octobre dernier à Bruxelles, après un lancement formel le 28 septembre à New York. Les travaux ont assez bien évolué. Le groupe central de négociation ACP au niveau des ambassadeurs et les hauts fonctionnaires de l’Union européenne ont tenu plusieurs sessions au titre de ce premier cycle de négociations qui a permis de se mettre d’accord sur les modalités pratiques de ces négociations.

Les deux parties sont également parvenues à un consensus sur la structure du prochain accord et travaillent actuellement à définir, chapitre par chapitre, les articles à y inclure. Elles ont aussi chargé l’équipe conjointe de rédaction d’élaborer un projet de texte qui sera soumis à l’examen des équipes techniques de négociation des deux parties. L’Union africaine est en train de mettre à la disposition des équipes de négociation des experts pour travailler ensemble afin de défendre les intérêts du continent dans le pilier africain. Car désormais, et contrairement aux précédents accords, il y aura trois piliers géographiques régionaux : l’Afrique, les Caraïbes et le Pacifique.

Pourquoi faut-il un groupe aussi large, englobant trois continents ayant des économies structurées de manières très différentes, pour aller négocier avec l’Union européenne! ? Pourquoi ne pas envisager des accords UE-UA ?

R. D. : Il faut remonter dans le temps, plus précisément à 1957 au moment de la conclusion du traité de Rome puis aux conventions de Yaoundé et de Lomé, pour comprendre les fondements historiques des relations entre l’Union européenne et les États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Pourquoi un groupe aussi large? C’est là justement la singularité et aussi la force, quoiqu’insuffisamment exploitée jusque-là, à notre sens, du groupe ACP. Son partenariat avec l’Europe est le plus complet, car couvrant des champs aussi variés que la coopération au développement, la coopération économique  et commerciale et le dialogue politique.

Les économies des trois composantes du groupe ACP sont orientées de manière différente, mais il y a une caractéristique qui leur est commune : ce sont toutes des économies en développement qui sont généralement confrontées aux mêmes difficultés structurelles. D’où l’intérêt de se regrouper pour tenter d’infléchir, en leur faveur, certaines règles ou décisions relatives par exemple au commerce ou à la coopération internationale.

L’existence d’un accord de partenariat ACP-UE n’empêche nullement l’Afrique d’avoir un cadre de coopération spécifique avec l’Europe. D’ailleurs, les paradigmes sont en train de changer. Depuis le sommet UE-UA de novembre 2017 à Abidjan, la volonté des deux continents de travailler directement ensemble a été affirmée. Il y a déjà et il y aura encore des discussions de continent à continent. C’est une dynamique irréversible. que nous encourageons. Mais il faut du temps pour tout changer. Le cadre ACP-UE est déjà une réalité avec des instruments juridiques existants.

Alors que l’Accord de Cotonou expirera en 2020, quel bilan peut-on faire de quatre décennies de partenariat ACP-UE ?

R. D. : L’objectif de l’Accord de Cotonou était «!la réduction, et à terme, l’éradication de la pauvreté, en cohérence avec les objectifs de développement durable et l’intégration progressive des États ACP dans l’économie mondiale!». Si l’on considère que les ACP regroupent aujourd’hui le plus grand nombre de pays les moins avancés, sans oublier leur part marginale dans le commerce et l’économie mondiale ainsi que la faible influence qu’ils ont sur la gouvernance de la planète, on peut conclure que cet objectif n’est pas atteint, et donc que le bilan n’est pas positif.

Cependant, la situation est beaucoup plus mitigée qu’elle n’y paraît. En réalité,  la taille de l’économie africaine a triplé depuis 2010 et beaucoup de pays africains ont atteint le statut de pays à revenu intermédiaire. De plus, 11 des 20 économies à plus forte croissance dans le monde en 2017 se trouvent en Afrique, ce qui fait dire aux observateurs avisés qu’elle est le continent de l’avenir. Dans les Caraïbes, à l’exception de Haïti, tous les pays ont enregistré des performances louables et sont aujourd’hui des pays à revenu intermédiaire, avec un développement important du secteur des services. Quant aux pays du Pacifique, qui sont presque tous des États insulaires, ils ont aussi fait des progrès notables. Le partenariat ACPUE, à travers la facilitation du commerce, la coopération au développement mise en oeuvre à travers les programmes indicatifs nationaux et régionaux ainsi que le mécanisme de l’enveloppe intra-ACP, y a contribué substantiellement.

On a beaucoup décrié le déséquilibre dans la coopération entre les pays d’Afrique et l’Union européenne. L’Afrique fournit l’Europe en matières premières non transformées tandis que l’Europe lui revend une partie de sa manufacture issue de ces mêmes matières premières. La négociation tient-elle compte de cette réalité? L’industrialisation du continent sera-t-elle prise en compte dans la négociation du nouvel accord?

R. D. : Vous soulevez ici une question importante, celle de la création de la valeur ajoutée et, par ricochet, de l’industrialisation de l’Afrique. Elle fait partie des priorités stratégiques du groupe ACP pour le prochain accord. Pour les ACP, le partenariat doit permettre de lever les obstacles en matière d’infrastructures, de main-d’oeuvre qualifiée, de politiques et de réglementations qui entravent le développement industriel. Le partenariat devra également permettre, entre autres, une mise à niveau industrielle dans les pays ACP à travers l’amélioration de la productivité, l’entrepreneuriat, la recherche, l’innovation, le transfert et la diffusion de technologies. Il doit par ailleurs favoriser la coopération dans la création de zones industrielles et l’accroissement de la valeur ajoutée dans les pays possédant des richesses agricoles et minérales comme ceux d’Afrique, appuyer les politiques visant à développer l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes et promouvoir l’utilisation efficace de l’économie numérique et les investissements directs étrangers. Mais qu’on ne se voile pas la face. Le partenariat ACP-EU, comme aucun autre d’ailleurs, ne permettra pas à lui seul à l’Afrique de s’industrialiser, tout comme on ne peut pas non plus empêcher l’Europe de chercher en Afrique des débouchés pour ses marchandises. C’est à l’Afrique de s’industrialiser. Il faut pour ce faire une réelle volonté d’en faire une priorité et effectivement prendre des mesures rigoureuses et courageuses en ce sens.

Quelles sont les autres priorités stratégiques du groupe ACP que vous souhaitez faire adopter aux Européens ?

R. D. : Les ACP mettront également un accent particulier sur la paix et la sécurité,  le commerce et l’investissement étant un autre axe prioritaire qui doit permettre aux ACP d’accéder au développement durable et de s’intégrer dans l’économie mondiale. Les questions de la mobilité et de la migration, du changement climatique et du dividende démographique sont une autre source de préoccupation des ACP, sans oublier la gouvernance des océans et l’économie bleue, pour n’en citer que quelques-unes.

Pourquoi les pays africains souhaitent-ils la suppression de l’article 8 de l’Accord de Cotonou, qui donne la possibilité à l’Union européenne de prendre des sanctions en cas de problème de gouvernance ?

R. D. : Si on se réfère à ses objectifs, le dialogue politique n’a pas été une mauvaise chose. Il a été d’ailleurs suffisamment large et inclusif dans sa mise en oeuvre, la plupart du temps. Ce qu’on lui reproche, c’est qu’il a été dominé par l’Union européenne, qui n’a pas toujours respecté toutes les procédures prescrites par l’Accord de Cotonou avant de prendre, très souvent de façon unilatérale, des sanctions contre des États africains, ce qui a donné l’impression qu’il a plus été un instrument de déséquilibre et de domination qu’un cadre de concertation de partenaires égaux. Contrairement à ce que vous soutenez, les ACP ne cherchent pas la suppression de l’article 8, mais préconisent qu’il soit renégocié dans l’optique d’avoir un dialogue politique amélioré et équilibré, basé sur le respect mutuel et celui de la souveraineté des États.

L’Afrique veut mettre en place une zone de libre-échange continentale. Comment prendre en compte cette évolution dans le futur Accord de Cotonou ?

R. D. : L’adoption en mars 2018 de l’accord sur la zone de libre-échange continentale est une étape importante dans la marche vers la liberté de circulation des personnes et des biens en Afrique. Le mandat de négociation ACP n’a pas spécifiquement abordé la question de la prise en compte de cette évolution dans le prochain accord ACP. Il a toutefois  encouragé la promotion d’un régime commercial préférentiel, en tenant compte de ceux existant entre les pays ACP, tels qu’envisagés par le marché unique de la Caricom (CSME) ou la Zone de libre-échange continentale (ZLEC) africaine. Depuis le 11e  sommet extraordinaire de l’Union africaine qui s’est tenu à Addis-Abeba les 17 et 18 septembre, la décision importante a été prise d’encourager l’Union africaine à discuter directement  des questions prioritaires du continent telles que la zone de libre-échange économique, la migration ou encore les questions de paix et de sécurité.

 L’Europe a fait des questions migratoires l’un des enjeux de sa politique extérieure. Que lui proposerez-vous pour résoudre ce problème crucial! ?

R. D. : Les questions migratoires ne sont pas la préoccupation de l’Europe seule. Elles concernent également les pays africains dont les ressortissants sont nombreux à perdre la vie dans des conditions déplorables. Elles sont donc un enjeu aussi bien pour l’Europe que pour l’Afrique. Aucune des parties n’y parviendra seule. Quand bien même les approches de solutions peuvent être différentes d’un bord à l’autre de la Méditerranée, c’est à travers le dialogue et la concertation qu’on pourra trouver des solutions durables. La négociation du futur partenariat nous en donne l’occasion, fort heureusement. 

Le nouvel Accord de Cotonou se fera-t-il au détriment de la Chine?

R. D. : La Chine et l’Union européenne sont toutes les deux des partenaires stratégiques importants pour les ACP. Chacune a sa façon singulière de concevoir et de mettre en oeuvre sa relation avec les États ACP. Ces derniers et l’Afrique dans son ensemble ambitionnent de se développer et apprécient les soutiens des partenaires extérieurs qui sont en cohérence avec leurs priorités. Il revient aux Africains de tirer le meilleur profit de ces deux offres de partenariat, celui avec la Chine et celui avec l’Europe. Les deux ne sont pas exclusifs l’un et l’autre. 

Partager cet article

Commentez cette publication

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *